Dieu trois fois saint, trois fois béni, …

Décidément, cela ne s’améliore pas ! Encore une fois, un vieux cantique s’impose à moi et ne me quitte plus, tant que je ne l’ai pas partagé.

Le plus bizarre c’est que je n’en avais que cette petite partie : « Dans l’ombre épaisse d’ici-bas, Sur le chemin où vont nos pas, Qui donc saurait nous diriger, Si ce n’est toi, seul vrai berger ? », et pas le titre. Mais dans un moment de prière en groupe, j’en ai prié un autre passage : « Dieu des miracles inouïs » sans savoir que c’était dans le même chant. C’est seulement en faisant une recherche internet que j’ai découvert le titre et c’est plus tard en méditant que je me suis rappelé les miracles inouïs.

J’ai l’impression que Dieu me montre qu’il y a déjà beaucoup de choses dans ces anciens chants qui vont dans le sens du mouvement de l’Esprit qui vient. Comme s’il n’allait pas advenir quelque chose de totalement nouveau, mais une récapitulation de ce que Dieu a déjà donné à son Église.

Dans ce chant encore il y a une affirmation forte : « O toi qui sauves et guéris, Dieu des miracles inouïs » !

Je crois que le mouvement de l’esprit qui vient sera marqué par une vraie redécouverte de la guérison.

Entre ce chant et le précédent, j’en ai eu un autre qui semblait plus être une réponse à une discussion spécifique, mais qui va aussi dans la même direction : La foi renverse devant nous les plus fortes murailles ; la foi triomphe des verrous et gagne les batailles. http://jemaf.fr/chant=jem090 

Dieu trois fois saint, trois fois béni,
Toi qui remplis tout l’infini,
Fais luire à nos yeux ta clarté
Et resplendir ta vérité!
Dans l’ombre épaisse d’ici-bas,
Sur le chemin où vont nos pas,
Qui donc saurait nous diriger,
Si ce n’est toi, seul vrai berger?

Que notre vie, en son matin,
Vers toi se tourne, ô Roi divin,
Et qu’à l’heure où descend le soir,
Tu sois encor tout notre espoir. 
O toi qui sauves et guéris,
Dieu des miracles inouïs,
Nos voix célébrant ton amour
T’exalteront de jour en jour. 

Jusqu’en l’épreuve et la douleur,
Mets ta louange en notre cœur!
Que notre chant reconnaissant
Te rende hommage, ô Dieu vivant!
Oui, ta puissance est notre abri
Et tu réponds à notre cri. 
Sur notre terre comme au ciel,
Seigneur, ton règne est éternel. 

Laisser un commentaire

Tous ensemble, ô notre Dieu, nous cherchons ta face.

Bizarrement, ces derniers jours je me réveille avec des vieux cantiques, et après avoir partagé le précédent, j’en reçois un autre.

Il me semble qu’il y a une unité certaine et une suite entre ces divers cantiques.
Alors voilà le troisième qui lui aussi appelle à l’action du Saint-Esprit et demande les dons.
Mais l’accent me semble porté aujourd’hui sur la nécessité de rechercher la face du Seigneur ensemble. Nous serons exaucés quand nous nous unirons pour demander à Dieu son Esprit et son action, comme l’avaient fait les disciples : « Lorsqu’ils l’eurent entendu, ils élevèrent à Dieu la voix tous ensemble, et dirent : Seigneur, toi qui as fait le ciel, la terre, la mer, et tout ce qui s’y trouve, c’est toi qui as dit par le Saint-Esprit, par la bouche de notre père, ton serviteur David : Pourquoi ce tumulte parmi les nations, et ces vaines pensées parmi les peuples ? Les rois de la terre se sont soulevés, et les princes se sont ligués contre le Seigneur et contre son Oint. En effet, contre ton saint serviteur Jésus, que tu as oint, Hérode et Ponce Pilate se sont ligués dans cette ville avec les nations et avec les peuples d’Israël, pour faire tout ce que ta main et ton conseil avaient arrêté d’avance. Et maintenant, Seigneur, vois leurs menaces, et donne à tes serviteurs d’annoncer ta parole avec une pleine assurance, en étendant ta main, pour qu’il se fasse des guérisons, des miracles et des prodiges, par le nom de ton saint serviteur Jésus. Quand ils eurent prié, le lieu où ils étaient assemblés trembla ; ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et ils annonçaient la parole de Dieu avec assurance. » Actes 4:24-31.    

Qui désire faire de même pour que nous vivions les mêmes fruits et que la face du monde en soit changée?

Tous ensemble, ô notre Dieu, nous cherchons ta face.

Strophe 1

Tous ensemble, ô notre Dieu, nous cherchons ta face.

Fais sur nous, en ce saint lieu, rayonner ta grâce !

À toi monte notre chant, à toi nos prières !

Viens, répands sur tes enfants tes dons salutaires !

Strophe 2

Ton Esprit vienne, ô Seigneur, nous remplir de zèle,

Inspirant à notre cœur un amour fidèle !

Que sans craindre et sans rougir nous fassions paraître

le bonheur de te servir, toi seul, notre Maître !

Strophe 3

Ouvre-nous les vérités de ton Évangile !

Ton fardeau nous soit léger et ton joug facile !

Que le peuple des croyants en tous lieux t’honore !

D’un seul cœur, en s’unissant, qu’il t’aime et t’adore !

,

Laisser un commentaire

Et baptise-nous de feu !

Ce matin encore, je me suis réveillé avec les paroles d’un vieux chant exprimant une invocation au Saint-Esprit.

Ce chant a été écrit par un pasteur de l’Église Libre de mon canton, au plus tard en 1930, et il a été publié, sans la 4e strophe, dans le Psautier Romand, recueil des églises réformées de Suisse romande de l’époque.

En ce temps-là, on osait exprimer des choses fortes. Dans le recueil suivant , il a été édulcoré en remplaçant “fais-nous sentir ta présence ” par “nous croyons à ta présence”.

J’ai le sentiment que nous avons perdu du terrain dans toutes les églises, car nous ne chantons ni ne pensons plus cela.

Pendant le Renouveau charismatique qui fut, à mon avis, l’une des réponses du Seigneur à ces demandes chantées et priées, on insistait sur le baptême du Saint-Esprit et sur les dons, dont le plus élémentaire le parler en langues. Mais aujourd’hui quand prie-t-on pour les baptisés en demandant qu’ils reçoivent l’Esprit et ses dons? Il me semble que de plus en plus on dit que chacun a reçu l’Esprit et que par conséquent, il pourrait manifester des dons. Mais généralement, on laisse cela à quelques spécialistes et l’on consomme plus ou moins passivement. Plusieurs désirent voir de grandes choses, mais serait-ce possible sans revenir aux fondements?

Rends-toi maître de nos âmes

Couplet 1
Rends-toi maître de nos âmes,
Esprit-saint, Esprit d’amour !
Et de tes divines flammes
Embrase-nous en ce jour.
Refrain
Oh ! viens, Esprit de Dieu !
Fais-nous sentir ta présence,
Revêts-nous de ta puissance
Et baptise-nous de feu !
Esprit de Dieu ! baptise-nous de feu !
Couplet 2
Saint-Esprit de la promesse,
Qui nous scellas de ton sceau,
Dévoile-nous la richesse
De l’héritage d’en-haut.
Couplet 3
Forme-nous pour le service
De notre divin Sauveur ;
A ses pieds, en sacrifice,
Nous apportons notre cœur.
Couplet 4
Esprit de vie et de gloire,
Conduis-nous de jour en jour,
Et de victoire en victoire,
Jusqu’au céleste séjour.

Laisser un commentaire

Seigneur ce que mon cœur réclame, C’est le feu…

Il y a quelques nuits je me suis réveillé avec les paroles d’un chant que je n’avais pas chanté depuis fort longtemps, et j’ai trouvé qu’elles exprimaient le fond de mon cœur et l’appel de beaucoup.
Elles me paraissent d’une actualité urgente et d’une audace que peu de chants actuels osent exprimer.
Quand je pense que la version anglaise de ce chant a été écrite au 19e siècle par le fondateur de l’Armée du Salut, j’ai l’impression que nous avons perdu la flamme depuis lors et qu’il est temps de la faire brûler plus fort que jamais:

SEIGNEUR CE QUE MON CŒUR RÉCLAME

1. Seigneur ce que mon cœur réclame,
C’est le feu. (x3)
Que sur moi descende la flamme
De Ton feu. (x3)
Ainsi que dans la chambre haute,
Qu’une nouvelle Pentecôte
Fasse de nous de vrais apôtres,
Pleins de feu! (x3)

2. Le seul secret de la victoire,
C’est le feu! (x3)
Nous voulons refléter Ta gloire
Par le feu! (x3)
Dieu Tout-Puissant, Toi qui nous aimes,
Viens nous affranchir de nous-mêmes.
Remplis-nous d’un amour suprême,
Par le feu! (x3)

3. Nous voulons porter l’espérance,
Par le feu! (x3)
Et proclamer la délivrance,
Par le feu! (x3)
Ton règne vienne sur la terre,
Ta volonté soit faite, ô Père.
Exauce enfin notre prière,
Par le feu! (x3)

La version originale anglaise est même plus affirmative, en voilà une traduction rapide:

Toi, Christ de la flamme ardente et purifiante
1.
Toi, Christ de la flamme ardente et purifiante,
Envoie le feu !
Nous réclamons aujourd’hui le cadeau que tu as acheté avec ton sang,
Envoie le feu !
Abaisse la tête et regarde cette armée en attente,Donnes-nous le Saint Esprit promis,
Nous voulons une autre Pentecôte,
Envoie le feu !

2.
Dieu d’Elie, écoute notre cri :
Envoie le feu !
Pour nous rendre aptes à vivre ou à mourir,
Envoie le feu !
Pour brûler toute trace de péché,
Pour apporter la lumière et la gloire,
La révolution commence maintenant,
Envoie le feu !

3.
C’est le feu que nous voulons, c’est pour le feu que nous implorons,
Envoie le feu !
Le feu répondra à tous nos besoins,
Envoie le feu !
Pour la force de toujours faire ce qu’il faut,
Pour la grâce de conquérir dans le combat.
Pour le pouvoir de fouler le monde en pureté,
Envoie le feu !

4.
Pour rendre nos cœurs faibles forts et courageux,
Envoie le feu !
Pour sauver un monde mourant,
Envoie le feu !
O vois-nous déposer sur ton autel.
Nos vies, notre tout, aujourd’hui même,
Pour couronner l’offrande, maintenant, nous prions,
Envoie le feu !


Laisser un commentaire

Les juifs antiques croyaient-ils en la Trinité ?

Très pertinent!

, ,

Laisser un commentaire

4 raisons qui expliquent que certains vegans se portent comme un charme (là où d’autres se ramassent lamentablement.)

Pas dans mes thématiques habituelles, mais je trouve ce texte très pertinent et informatif.

Source: 4 raisons qui expliquent que certains vegans se portent comme un charme (là où d’autres se ramassent lamentablement.)

,

Laisser un commentaire

Des doctrines de démons …

Souvent en creusant un texte connu, je vais de surprises en découvertes et vers des questions ouvertes.

Je vous partage un de ces textes, avec les réflexions et les questions qu’il éveille en moi.

«L’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits trompeurs et à des doctrines de démons, par l’hypocrisie de faux enseignants marqués au fer rouge dans leur propre conscience. Ils prescrivent de ne pas se marier, et de s’abstenir d’aliments que Dieu a créés pour qu’ils soient pris avec actions de grâces par ceux qui sont croyants et qui connaissent la vérité. Car tout ce que Dieu a créé est bon, et rien ne doit être rejeté, pourvu qu’on le prenne avec actions de grâces, parce que tout est sanctifié par la parole de Dieu et par la prière.» 1 Timothée 4:1-5.

Première surprise, les doctrines de démons ne concernent pas des sujets théologiques comme la Trinité ou la divinité du Christ, mais l’abstinence du mariage ou de certains aliments.

La foi selon Paul s’exprime donc, non par des théories, mais par une vie qui reconnaît que la Création de Dieu est bonne dans toutes ses dimensions. La vie chrétienne n’est pas une suite d’ascèses, mais une jouissance des bienfaits de Dieu, comme le couple, la sexualité, la famille, la nourriture. Nous sommes très proches ici de l’Écclésiaste, et très loin d’une forme de gnosticisme qui laisserait entendre que le monde physique est mauvais et qu’il faut s’en détacher.

Maintenant la question, que signifie exactement: «tout est sanctifié par la parole de Dieu et par la prière»? L’expression «par la parole de Dieu» traduit δια λογου θεου qui ne se trouve qu’ici dans le Nouveau Testament, à l’exception de 1 Pierre 1:23 qui dit: δια λογου ζωντος θεου: par la parole vivante de Dieu. Manifestement, il ne s’agit pas d’une référence à l’Écriture, car cette expression n’est jamais utilisée dans ce sens dans le Nouveau Testament. Il s’agit ici d’un agent qui contribue à la sanctification de toutes choses. Le deuxième agent sanctifiant m’interroge plus, car si la grande majorité des traductions disent par la prière, le mot grec utilisé ἔντευξις, n’apparaît qu’une seule autre fois dans le Nouveau Testament, dans cette même épître: J’exhorte donc, avant toutes choses, à faire des demandes, des prières, des supplications (ou des intercessions), des actions de grâces, pour tous les hommes (1 Tim 2:1). Il dérive d’un verbe traduit habituellement dans les Écritures par intercéder. Manifestement, la majorité des traducteurs ont été gênés par ce sens habituel d’intercession et ils ont choisi d’interpréter par prière. Mais il y a un autre problème: ἔντευξις n’a pas comme sens premier l’intercession, mais la rencontre, la relation, et même la relation sexuelle! Il en est de même pour le verbe apparenté. Intercession et intercéder sont des vocables uniquement religieux, donnés à des mots ayant une signification bien plus large et différente.
Que devons-nous en conclure?

Je pense que nous sommes au bénéfice premièrement de la bonne Création de Dieu et de l’autre, du rachat, de la rédemption de tout ce qui a été souillé par le péché. C’est Jésus-Christ qui est la Parole de Dieu qui a tout purifié et c’est par sa vie, sa mort et sa résurrection (son intercession) que tout est sanctifié.
Pour Paul, la sanctification est avant tout l’œuvre du Saint-Esprit qui nous applique et qui applique au monde au travers de nous cette sanctification.
Il ne s’agit donc pas d’œuvres que nous avons à faire, mais d’une œuvre dont nous bénéficions.

, , , , ,

Laisser un commentaire