La place du Livre d’Hénoch dans l’Église des premiers siècles

Un autre lien intéressant que je vous partage et qui remet en question certaines conceptions: http://blog-porte-parole.blogspot.ch/2015/09/linspiration-du-livre-dhenoch.html

,

Laisser un commentaire

Jésus de Nazareth : Essence divine et nature humaine

Je vous partage un texte d’un blog ami que je trouve essentiel et dont je partage entièrement le point de vue: http://didascale.com/jesus-de-nazareth-essence-divine-et-nature-humaine/

,

Laisser un commentaire

La nouvelle dimension de « réveil » qui vient

Je suis en train de lire le livre «The New Awakening» de Loren Covarrubias, j’encourage chaque personne qui lit l’anglais, de le télécharger gratuitement sur son site: http://lorenrcovarrubias.com
Même si je trouve son style peu coulant, et que j’ai dû faire un effort pour le lire, il y a des tas de choses inspirées dans ce livre.
Il a reçu le message d’une nouvelle dimension du «réveil» (malheureusement en français ce mot traduit deux expressions anglaises différentes, revival et awakening – «revival» définit des réunions cherchant à remettre un peu le feu dans l’Église ou a toucher de nouvelles personnes par l’Évangile, «awakening» définit une action de l’Esprit plus profonde amenant des changements importants dans la vie du Peuple de Dieu et généralement également dans la société.)
Ce livre parle donc d’une réforme en profondeur de la foi et de l’Église que le Seigneur veut apporter.
Il parle sous de nombreux angles de 3 dimensions de la foi. La première étant celle de la conversion centrée sur Jésus-Christ. En principe, tous les évangéliques et de nombreux autres chrétiens vivent cette dimension. La deuxième est la dimension pentecôtiste-charismatique qui est centrée sur le Saint-Esprit. La troisième est celle de la vie de disciple centrée sur le Père, dont Jésus-Christ est la représentation et le modèle parfait.

Une image qui m’a particulièrement frappé et changé est celle du torrent qui sort du Temple dans la vision d’Ézéchiel au chapitre 47.

Verset 1: «Il me ramena vers la porte de la maison. Et voici, de l’eau sortait sous le seuil de la maison, à l’orient, car la face de la maison était à l’orient; l’eau descendait sous le côté droit de la maison, au midi de l’autel.» Cette eau qui sort du Temple représente notre salut initial.

Versets 5 et 9: «Il mesura encore mille coudées; c’était un torrent que je ne pouvais traverser, car l’eau était si profonde qu’il fallait y nager; c’était un torrent qu’on ne pouvait traverser… Tout être vivant qui se meut vivra partout où le torrent coulera, et il y aura une grande quantité de poissons; car là où cette eau arrivera, les eaux deviendront saines, et tout vivra partout où parviendra le torrent.» Cette eau devenue torrent représente la vie dans l’Esprit et beaucoup dans le mouvement pentecôtiste-charismatique, et encore plus dans sa dimension «Toronto» parlent de la rivière de Dieu et cherchent à y batifoler et à en profiter, souvent de manière égoïste. On y recherche à faire des «expériences», à vivre des choses fortes.

Verset 12: «Sur le torrent, sur ses bords de chaque côté, croîtront toutes sortes d’arbres fruitiers. Leur feuillage ne se flétrira point, et leurs fruits n’auront point de fin, ils mûriront tous les mois, parce que les eaux sortiront du sanctuaire. Leurs fruits serviront de nourriture, et leurs feuilles de remède.» Mais la finalité de ce torrent et que sur ses bords croissent des arbres dont les fruits apporteront une nourriture continuelle aux affamés et dont les feuilles serviront à la guérison. Cette image revient en Apocalypse 22:1-2: «Et il me montra un fleuve d’eau de la vie, limpide comme du cristal, qui sortait du trône de Dieu et de l’agneau. Au milieu de la place de la ville et sur les deux bords du fleuve, il y avait un arbre de vie, produisant douze fois des fruits, rendant son fruit chaque mois, et dont les feuilles servaient à la guérison des nations.».
Dans cette troisième dimension, ce n’est plus ce que je peux vivre comme expériences avec le Saint-Esprit, mais les fruits que ma vie peut porter pour en nourrir d’autres et pour les guérir. Ma prière n’est plus, Seigneur donne-moi plus de ton Esprit ou plus de…, mais Seigneur que ta vie s’écoule au travers de moi, que les fleuves d’eau vive s’écoulent de moi pour abreuver, nourrir et guérir. Cette pensée me révolutionne.

En Jean 15, il est écrit: «Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s’il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi. Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire. … Si vous portez beaucoup de fruit, c’est ainsi que mon Père sera glorifié, et que vous serez mes disciples.» Jean 15:4-5, 8. Si nous ne portons pas beaucoup de fruit, nous devons nous interroger sur la manière dont nous sommes fondés en Christ.

, ,

Laisser un commentaire

Obéir vaut mieux que faire des sacrifices

Hier matin, je me suis réveillé avec la phrase titre de ce chant de Keith Green: To obey is better than sacrifice

Je pense que les paroles de ce chant ont gardé toute leur force prophétique même après 37 ans et que Dieu cherche à nous les rappeler.

Je vous en donne donc la traduction:

To obey is better than sacrifice – Obéir est meilleur que le sacrifice
I don’t need your money – Je n’ai pas besoin de votre argent
I want your life – Je veux votre vie
And I hear you say that I’m coming back soon – Et je vous entends dire que je reviens bientôt
But you act like I’ll never return – mais vous agissez comme si je ne reviendrais jamais

Well you speak of grace and my love so sweet – Vous parlez de ma grâce et de mon amour si doux
How you thrive on milk, but reject my meat – Comment vous croissez par le lait, mais rejetez ma viande
And I can’t help weeping of how it will be – Et je ne peux m’empêcher de pleurer de ce qui sera
If you keep on ignoring my words – Si vous continuez à ignorer mes paroles
Well you pray to prosper and succeed- Vous priez pour prospérer et avoir du succès
But your flesh is something I just can’t feed – Mais je ne peux vraiment pas nourrir votre chair

To obey is better than sacrifice – Obéir est meilleur que le sacrifice
I want more than sunday and wednesday nights – Je veux plus que le dimanche et le mercredi soir
Cause if you can’t come to me every day – Parce que si vous ne pouvez pas venir à moi chaque jour
Then don’t bother coming at all – Alors ne prenez pas du tout la peine de venir
La, la, la etc.

To obey is better than sacrifice – Obéir est meilleur que le sacrifice
I want hearts of fire – Je veux des cœurs en feu
Not your prayers of ice – Et non pas vos prières de glace
And I’m coming quickly – Et je viens promptement
To give back to you – Pour vous rendre
According to what you have done – Selon ce que vous avez fait
According to what you have done – Selon ce que vous avez fait
According to what you have done – Selon ce que vous avez fait

Pochette du disque

,

Laisser un commentaire

Inerrance biblique et perfection de la Bible

Un texte important d’un blog ami, pour ceux de mes lecteurs qui n’y seraient pas encore abonnés: Inerrance biblique et perfection de la Bible

,

Laisser un commentaire

Béni soit ton nom. Vraiment?

Je pense que vous connaissez tous le chant de Matt Redman, Béni soit ton nom.
Il y a des paroles dans ce chant qui me choquent profondément, car elles disent du mal de mon Papa.

Quand on chante : « Tu donnes et tu reprends », c’est insulter Dieu. Le texte de Job qui inspire ces paroles dit :

Job 1:21 (il) dit : Je suis sorti nu du sein de ma mère, et nu je retournerai dans le sein de la terre. L’Éternel a donné, et l’Eternel a ôté ; que le nom de l’Éternel soit béni !

Seulement, le contexte (que Job ne connaissait pas, mais que nous connaissons parfaitement) indique très clairement que c’est le satan qui reprend à Job et non pas Dieu. D’ailleurs à la fin Dieu redonne à Job encore plus largement. En chantant ces paroles, on attribue à Dieu des actions du satan. On donne l’impression d’un Dieu lunatique et arbitraire qui change d’avis comme de chemise.
Cela contredit très clairement la déclaration suivante de Paul : « Car Dieu ne se repent pas de ses dons et de son appel. » Romains 11:29.
Et encore plus celle-ci de Jacques : « toute grâce excellente et tout don parfait descendent d’en haut, du Père des lumières, chez lequel il n’y a ni changement ni ombre de variation. » Jacques 1:17.

Bénit-on vraiment Dieu en lui attribuant les œuvres du satan ? Sans dire que ces paroles peuvent ruiner notre confiance dans son amour et sa fidélité. Que penseriez-vous d’un père qui donne des cadeaux à ses enfants pour les reprendre sans raison ?

Seigneur, pardonne-nous toutes les âneries que nous exprimons par nos chants et dans nos réunions, tout ce qui ne te glorifie pas. Je suis las de les entendre, las de toutes ces demi-vérités tirées de la Bible, mais qui en contredisent le message fondamental.

,

2 commentaires

Juste?

Il y a quelques soirs, comme à mon habitude, avant de rentrer, je suis allé prier et louer dans un temple réformé. De manière inhabituelle, la bible sur son support était au centre avec une fleur devant elle. Comme je chantais en langues, je me suis dit que j’allais également chanter le chapitre auquel la bible était ouverte, Luc 15.

Peut-être que chanter la Bible permet de mieux se concentrer sur le texte, alors j’y ai remarqué plusieurs choses en le chantant.
Le chapitre 15 commence par : « Tous les publicains et les gens de mauvaise vie s’approchaient de Jésus pour l’entendre. Et les pharisiens et les scribes murmuraient, en disant : cet homme accueille des gens de mauvaise vie, et mange avec eux. » Luc 15:1-2.
Jésus leur répond par trois paraboles, la première étant celle de la brebis perdue, qu’il conclut ainsi : « De même, je vous le dis, il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent, que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de repentance. » Luc 15:7.
Contrairement à ce que l’on entend d’habitude, Jésus parle de justes qui n’ont pas besoin de repentance, comme s’il était possible d’être juste sans Lui. On nous a rebattu les oreilles avec cette affirmation de Paul : « selon qu’il est écrit : Il n’y a point de juste, pas même un seul ; nul n’est intelligent, nul ne cherche Dieu ; tous sont égarés, tous sont pervertis ; il n’en est aucun qui fasse le bien, pas même un seul ; » Romains 3:10-12.
De nombreux textes parlent de justes avant la venue de Jésus-Christ. Il ne faut donc pas absolutiser un texte de Paul qu’il utilise dans une argumentation pour en faire une vérité générale.
Les Évangiles parlent de plusieurs justes, en dehors du salut offert par Jésus-Christ.
Il est dit que Joseph, le « père » de Jésus-Christ était juste, Mat 1:19
Jésus dit : « Je vous le dis en vérité, beaucoup de prophètes et de justes ont désiré voir ce que vous voyez, et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas entendu. » Matthieu 13:17.
Les parents de Jean le baptiste sont décrits ainsi : « Du temps d’Hérode, roi de Judée, il y avait un sacrificateur, nommé Zacharie, de la classe d’Abia ; sa femme était d’entre les filles d’Aaron, et s’appelait Élisabeth. Tous deux étaient justes devant Dieu, observant d’une manière irréprochable tous les commandements et toutes les ordonnances du Seigneur. » Luc 1:5-6.
Corneille, était défini ainsi : « Ils répondirent : Corneille, centenier, homme juste et craignant Dieu, et de qui toute la nation des Juifs rend un bon témoignage, a été divinement averti par un saint ange de te faire venir dans sa maison et d’entendre tes paroles. » Actes 10:22.
Il est donc évident que, selon l’Écriture, l’on peut être juste sans connaître Jésus-Christ, mais comme on le voit pour Corneille, un juste sera toujours attiré par Jésus-Christ.

Dans la parabole du fils prodigue, il y a également une vérité qui m’a frappé et dont je n’avais jamais entendu parler, sans doute parce que les traditions nous empêchent de voir ce qui est là sous nous yeux. Le père a partagé son bien entre ses deux fils, celui qui est resté et celui qui est parti. Il n’était pas nécessaire de partir et de pécher pour avoir pleine jouissance de l’héritage du père. Le père le souligne bien quand il dit à son aîné : « Mon enfant, lui dit le père, tu es toujours avec moi, et tout ce que j’ai est à toi ; » Luc 15:31. En réfléchissant à cela, j’ai aussi pensé aux enfants de chrétiens qui souvent jalousent ceux qui se convertissent après avoir été des criminels, des drogués ou des voyous, et qui souvent ne savent pas vraiment comme être ou devenir chrétiens, alors qu’ils ont déjà toutes les richesses de la foi à disposition. Trop souvent, on les éduque comme s’il fallait qu’ils deviennent chrétiens, alors qu’ils sont déjà saints, comme l’a écrit Paul : « Car le mari non croyant est sanctifié par la femme, et la femme non-croyante est sanctifiée par le frère ; autrement, vos enfants seraient impurs, tandis que maintenant ils sont saints. » 1 Corinthiens 7:14.
Au lieu de chercher à les convertir, nous devrions les aider à devenir des disciples accomplis et remplis du Saint-Esprit dès leur plus jeune âge.

, , , , ,

Laisser un commentaire

Questions sur la louange

J’aimerais vous partager quelques-unes de mes interrogations à ce sujet.
Notre louange francophone, souvent très inspirée de la louange anglophone quand elle n’est pas simplement traduite a un style généralement bien déterminé.
Mais quand je chante en langues, et une bonne partie de ma prière s’exprime sous cette forme, le style est complètement étranger à notre louange soft rock occidentale. Quelle part de notre louange est-elle vraiment inspirée de l’Esprit de Dieu ? Est-ce que notre louange chantée ne devrait-elle pas, en grande partie, naître de chants en langues interprétés ? Cela éviterait sans doute bien des mièvreries et des contresens bibliques, pour ne pas dire de franches hérésies.
En chantant en langues et en français, je méditais sur la louange commune après la résurrection. Comme dans l’Apocalypse nous voyons des gens de toute nation, de toute tribu, de tout peuple, et de toute langue proclamer à haute voix la victoire de Dieu et de l’Agneau, j’en déduis que nous louerons Dieu chacun selon notre culture. Que Dieu sera glorifié par toutes les cultures que nous représenterons. Il y aura une louange collective qui s’exprimera selon le style propre à chacun, où le baroque et le hard rock seront mêlés avec des chants africains et arabes, celtiques et grégoriens, rap et népalais, mais qui sera malgré tout harmonieuse, car centrée sur le seul qui mérite notre adoration et inspirée par un seul Esprit.
Alors pourquoi ne pas commencer maintenant à nous exprimer selon nos cultures aussi diverses soient-elles ? Seul le Saint-Esprit peut nous redonner ce que nous avons perdu au cours de l’histoire et nous redonner des cantiques depuis longtemps oubliés. Que déjà aujourd’hui cette louange multiple puisse éclater à la gloire de la grâce notre grand Dieu. Une louange centrée sur Lui et non sur nous-mêmes comme trop souvent. Une louange collective et non individualiste.

Laisser un commentaire

Voilà pourquoi je ne m’attends pas à aller au ciel (Howard Snyder)

Traduction de:Why I Don’t Expect to Go to Heaven, 

Quinze raisons pour lesquelles je ne m’attends pas à aller au ciel

1. Parce que quand Jésus a dit : « Je vais vous préparer une place », il n’a pas parlé du ciel (Jean 14:2-4).

2. Parce que la « place » à laquelle Jésus fait référence en Jean 14 n’est que dimensionnellement éloignée de la Terre, mais pas géographiquement ou spatialement.

3. Parce que « la parole a été faite chair, » et non seulement esprit (Jean 1:14).

4. Parce que Jésus s’est physiquement relevé d’entre les morts et qu’il a clairement dit qu’il n’était ni un fantôme, ni une apparition, ni un simple esprit.

5. Parce que Jésus n’a pas abandonné sa chair quand il est monté aux cieux.

6. Parce que Romains 8:21-23 promet « la rédemption de nos corps » quand toute la création « sera libérée de l’esclavage de la corruption. »

7. Parce que Pierre a prêché que nous attendons maintenant le retour de Jésus « pour qu’il restaure tout, comme Dieu l’a promis il y a longtemps à travers de ses saints prophètes » (Actes 3:21).

8. Parce que Dieu a l’intention de répondre pleinement à notre prière pour que sa volonté soit faite sur la terre comme au ciel..

9. Parce que le Messie « ne se découragera point et ne se relâchera pas, jusqu’à ce qu’il ait établi la justice sur la terre, » et parce que la Terre sera « remplie de la connaissance de l’Éternel, comme l’eau couvre le fond des mers » (Esaïe 42:4, 11:9).

10. Parce que le Nouveau Testament parle de deux venues de Jésus Christ sur Terre, mais seulement d’un départ.

11. Parce que nulle part la Bible ne parle « d’aller au ciel. »

12. Parce que le sens fondamental du mot « ciel » (quand il ne se réfère pas au ciel physique) est la présence de Dieu.

13. Parce que nulle part la Bible ne dit que la « Terre promise » c’est le ciel.

14. Parce que la promesse finale est une Terre renouvelée, de nouveaux cieux et une nouvelle terre, et une création restaurée.

15. Parce que Jésus est venu « pour détruire les œuvres du diable » (1 Jean 3:8), pour purifier de tout mal, mais pas pour détruire la Terre qu’il a créée.

Voilà ! Ces quinze pourraient bien sûr être quinze cents si toutes les Écritures pertinentes étaient référencées. Et je n’ai même pas cité mon verset préféré au sujet du dessein de Dieu et de son plan pour réunir toutes choses en Christ, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur la terre. (Éph. 1:10).

Alors, que se passera-t-il quand je mourrai physiquement ? Je m’attends à être dans la présence constante directe, joyeuse et paisible du Seigneur, Père, Fils et Saint-Esprit. Jésus a appelé cela « Paradis » (Luc 23:43), comme l’a fait Paul (2 Cor. 12:4). Jésus a dit qu’il y avait beaucoup de place dans la maison de son père, et qu’il ne fallait pas s’inquiéter. Il y a beaucoup de chambres où nous pouvons loger jusqu’à ce que lui et nous retournions sur terre. Là où le ciel et la terre seront restaurés, le Royaume de Dieu dans la plénitude complète, la création guérie.

Pensez-y comme un pavillon de repos, une retraite, un relais sur la route, dans l’attente que le royaume de Dieu soit pleinement « préparé » (Jean 14 : 2) et voyez-y le glorieux et joyeux accomplissement total, de toutes les promesses rédemptrices de Dieu.

Cela vaut certainement la peine de s’attendre à cela entre la mort physique et la résurrection finale.

Ensuite, les choses vraiment créatives commenceront.

, ,

2 commentaires

Deux pensées glanées ce matin

Deux pensées m’ont frappé lors du culte de ce matin:
“À chacun de nous la grâce a été donnée selon la mesure du don de Christ.” Éphésiens 4:7. Peut-il exister une plus grande mesure de grâce?

La Loi dit: “Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Je suis l’Eternel.” Lévitique 19:18. »
Et Jésus a dit à ses disciples: “Je vous donne un commandement nouveau: Aimez-vous les uns les autres; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres.” Jean 13:34. Wow! Je crois qu’il n’y a rien à ajouter.

, , , ,

Laisser un commentaire