Dieu trois fois saint, trois fois béni, …

Décidément, cela ne s’améliore pas ! Encore une fois, un vieux cantique s’impose à moi et ne me quitte plus, tant que je ne l’ai pas partagé.

Le plus bizarre c’est que je n’en avais que cette petite partie : « Dans l’ombre épaisse d’ici-bas, Sur le chemin où vont nos pas, Qui donc saurait nous diriger, Si ce n’est toi, seul vrai berger ? », et pas le titre. Mais dans un moment de prière en groupe, j’en ai prié un autre passage : « Dieu des miracles inouïs » sans savoir que c’était dans le même chant. C’est seulement en faisant une recherche internet que j’ai découvert le titre et c’est plus tard en méditant que je me suis rappelé les miracles inouïs.

J’ai l’impression que Dieu me montre qu’il y a déjà beaucoup de choses dans ces anciens chants qui vont dans le sens du mouvement de l’Esprit qui vient. Comme s’il n’allait pas advenir quelque chose de totalement nouveau, mais une récapitulation de ce que Dieu a déjà donné à son Église.

Dans ce chant encore il y a une affirmation forte : « O toi qui sauves et guéris, Dieu des miracles inouïs » !

Je crois que le mouvement de l’esprit qui vient sera marqué par une vraie redécouverte de la guérison.

Entre ce chant et le précédent, j’en ai eu un autre qui semblait plus être une réponse à une discussion spécifique, mais qui va aussi dans la même direction : La foi renverse devant nous les plus fortes murailles ; la foi triomphe des verrous et gagne les batailles. http://jemaf.fr/chant=jem090 

Dieu trois fois saint, trois fois béni,
Toi qui remplis tout l’infini,
Fais luire à nos yeux ta clarté
Et resplendir ta vérité!
Dans l’ombre épaisse d’ici-bas,
Sur le chemin où vont nos pas,
Qui donc saurait nous diriger,
Si ce n’est toi, seul vrai berger?

Que notre vie, en son matin,
Vers toi se tourne, ô Roi divin,
Et qu’à l’heure où descend le soir,
Tu sois encor tout notre espoir. 
O toi qui sauves et guéris,
Dieu des miracles inouïs,
Nos voix célébrant ton amour
T’exalteront de jour en jour. 

Jusqu’en l’épreuve et la douleur,
Mets ta louange en notre cœur!
Que notre chant reconnaissant
Te rende hommage, ô Dieu vivant!
Oui, ta puissance est notre abri
Et tu réponds à notre cri. 
Sur notre terre comme au ciel,
Seigneur, ton règne est éternel. 

  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Changer )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Changer )

Connecting to %s

%d bloggers like this: